Guide des bonnes pratiques pour améliorer sa visibilité sur Internet

Il existe une multitude de techniques pour développer sa visibilité sur Internet. Parmi elles, l’optimisation du référencement naturel (ou SEO) va influencer directement le nombre de visites sur le site en question. Se retrouver dans les premières positions sur les pages de résultats des moteurs de recherche permet ainsi de développer une image de marque, tout en affirmant sa crédibilité sur un thème précis aux yeux des internautes. Cependant, le positionnement sur les moteurs de recherche n’est pas le seul élément à travailler pour améliorer sa visibilité. Voici donc quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté afin d’émerger dans le vaste et féroce océan que représente le Web.

 

Intégrer le SEO en amont de la création du site

Il peut être tentant de vouloir mettre en ligne son site Web de manière rapide. Toutefois, il vaudra mieux prendre le temps de bien poser les fondations afin de le construire sur des bases solides. En effet, beaucoup d’entreprises se précipitent pour lancer un site le plus vite possible, au risque de devoir par la suite y apporter de nombreuses corrections. Au final, celles-ci engendreront probablement une perte de temps et d’argent qui aurait pu être évitée. Il est alors plus judicieux de prendre le temps de réfléchir à la cible à qui le site va s’adresser pour définir les types d’expressions recherchées sur les moteurs de recherche ou encore conceptualiser la navigation en définissant l’arborescence.

Pour optimiser son référencement, il faut apprendre à parler aux robots utilisés par les moteurs de recherche. Ce sont eux qui vont scanner les pages du site pour définir leur intérêt selon une multitude de critères. Pour être bien compris par ces robots, un site doit ainsi respecter certaines règles, à la fois rédactionnelles et purement techniques.

 

Les règles concernant le contenu

  • Définir le mot-clé principal sur lequel le site doit apparaître dans les résultats de recherche : dans l’idéal, un mot-clé différent par page doit être défini. Cela permet de diversifier les possibilités pour se positionner sur différents termes de recherche. L’objectif est donc d’identifier les termes les plus stratégiques dans le but d’apporter un trafic qualifié.
  • Insérer le mot-clé défini dans le premier paragraphe du contenu : en effet, au lieu d’essayer de le placer un peu partout, mieux vaut essayer d’optimiser la position d’un mot-clé principal pour que les robots l’assimilent au thème principal de la page.
  • Travailler le champ lexical du mot-clé tout au long du contenu : il y a quasiment autant de façons d’exprimer une recherche sur Internet qu’il existe d’individus. De ce fait, il est important de varier les mots et les expressions utilisés sur un site, afin d’améliorer son positionnement sur plusieurs requêtes (voir la notion de longue traîne).
  • Rédiger des textes d’au moins 300 mots par page : ce chiffre correspond plus ou moins au volume de texte minimum dont ont besoin les robots des moteurs de recherche pour saisir le sujet traité par la page analysée. Aussi, si le ratio texte/code d’une page est inférieur à 15%, cela signifie qu’elle manque de contenu textuel.

 

Les règles concernant les balises

  • Définir la balise title de la page, remplir la meta-description, déterminer les balises H (les titres et sous-titres au sein de la page) et nommer les images (balise alt) en fonction du mot-clé principal
  • La balise title : elle doit contenir entre 50 et 70 caractères (espaces compris). Il s’agit d’un point crucial puisque cette balise représente le titre de la page sur les moteurs de recherche, le lien cliquable qui redirige directement dessus. Une bonne balise title incite donc l’internaute à visiter le site en résumant le mieux possible le contenu qui se cache derrière, tout en intégrant les bons mots-clés.
  • La balise meta-desciption : elle doit pour sa part comporter entre 140 et 170 caractères. Cette balise constitue, avec la balise title, la vitrine de votre site sur les moteurs de recherche. En résumant le contenu de la page, elle permet aux internautes de juger de sa pertinence.
  • Il est recommandé de n’utiliser qu’une seule balise H1 par page afin de ne pas brouiller les pistes pour les robots des moteurs de recherche. De la même façon, il est fortement conseillé de respecter la hiérarchie des balises H (les titres H3 dépendent hiérarchiquement d’un titre H2, les H4 d’un titre H3…) pour faciliter la compréhension du contenu par ces mêmes robots, à l’instar d’une table des matières.

 

Les règles d’un point de vue technique

  • Intégrer des liens dans la page et les nommer : attention cependant à ne pas en abuser (une centaine maximum) sous peine d’être pénalisé. Aussi, il est important d’avoir davantage de liens internes que de liens sortants. Les liens internes sont utiles pour faciliter l’accès à l’information au sein du site, en fluidifiant la navigation au sein de celui-ci pour les internautes, mais également pour les robots des moteurs de recherche.
  • Ne pas mettre d’underscore dans les URLs : en effet, si le tiret “-” est perçu par Google comme un séparateur de mots, ce n’est pas le cas de l’underscore “_”.
  • Rediriger les pages http:// vers http://www. (ou inversement) afin d’éviter les phénomènes de duplicate content et donc les risques liés au référencement.
  • Ne faire que des redirections 301 lors d’un changement d’adresse : la redirection 301 (ou redirection permanante) vise à conserver la notoriété d’un site afin de pouvoir changer de nom de domaine sans perdre les positions des différentes pages sur les moteurs de recherche.
  • Privilégier le https, qui est plus facilement mis en avant par Google sur les pages de résultats.

 

D’autres aspects techniques peuvent être pris en compte pour agir sur le positionnement d’un site sur les moteurs de recherche. Alléger au maximum le poids des pages pour diminuer le temps d’exécution, par exemple. Google, qui accorde une importance croissante à l’expérience utilisateur, pénalise ainsi les sites trop lents. Il convient alors par exemple d’éviter les images trop lourdes, qui augmentent le temps de chargement des pages. Aussi, disposer d’un site responsive (conçu pour s’adapter aux tailles d’écran des terminaux mobiles) est un critère qui est désormais pris en compte dans l’algorithme de Google pour le positionnement sur les pages de résultats. Pour aller plus loin dans les optimisations techniques, il est également conseillé d’utiliser les balises Open Graph destinées au partage sur les réseaux sociaux. Ces balises donnent des informations précises sur les pages (image, titre et description) aux principaux réseaux sociaux, afin d’assurer un affichage optimal des liens sur ces plateformes. Si ces balises ne sont pas destinées aux moteurs de recherche en premier lieu, elles semblent bel et bien avoir un impact sur le référencement.

 

Développer la visibilité de son site grâce aux réseaux sociaux

 

Améliorer sa visibilité grâce aux réseaux sociaux

Globalement, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Instagram, LinkedIn…) ont un impact direct quasi nul sur le référencement naturel. En effet, les liens présents sur ces plateformes sont en nofollow et Google ne prend pas en compte les données telles que les likes ou les retweets dans ses algorithmes de classement. Les réseaux sociaux ont néanmoins un impact indirect sur le référencement naturel, à l’instar d’opérations marketing comme des campagnes d’emailing ou de publicité, par exemple. Pourquoi ? Tout simplement car ils améliorent la notoriété d’un site et donc son trafic.

Mais l’importance des réseaux sociaux réside principalement dans la diversification des sources de trafic. Ils permettent ainsi de diminuer la dépendance à Google et de ne pas perdre trop de visiteurs en cas de problème purement lié au SEO. Pour rappel, il est en effet conseillé de ne pas avoir une part de trafic provenant de Google supérieure à 50%.

 

 

L’importance des backlinks

Les moteurs de recherche (notamment Google) accordent une importance particulière aux backlinks (ou liens entrants) pour le classement et l‘indexation des sites. Attention cependant à privilégier la qualité à la quantité ! En effet, les backlinks ont l’effet d’un vote vers votre site. Si le site qui renvoie un lien vers le votre a un bon PageRank, cela aura un effet positif sur votre PageRank et donc sur votre référencement. Dans le cas contraire, ce lien a de grandes chances de dévaloriser votre site.

 

Dès lors, comment reconnaître un bon backlink ?

  • Le site dont le lien provient possède un bon PageRank.
  • Le contenu de ce site doit avoir un rapport avec le votre, ou du moins être complémentaire en terme d’informations.
  • Le contenu de ce site est régulièrement mis à jour.
  • Le lien doit être cliqué par les visiteurs du site pour prouver sa pertinence.

 

La pêche aux backlinks est importante pour développer sa visibilité sur Internet

 

Quelques exemples pour obtenir des backlinks pertinents

  • Mettre en ligne son propre blog et l’actualiser régulièrement : produire du contenu qualitatif est un excellent moyen pour attirer des liens vers votre site.
  • Faire des articles invités (guest blogging) sur un blog traitant de la même thématique : il s’agit d’une participation ponctuelle qui permettra de distiller des liens vers son propre site ou blog. Le choix du partenaire n’est donc pas anodin puisque vous profiterez à la fois de son audience, de son image et de son PageRank.
  • Faire une revue de presse : le travail se fait de manière régulière (en général chaque semaine), en choisissant des articles traitant d’une même thématique. Cette revue de presse peut ensuite être partagée sur Twitter en informant les différents auteurs que leurs articles ont été diffusés. De cette façon, vous montrez l’exemple et susciterez l’intérêt de vos pairs.
  • Commenter les blogs et les forums (en dofollow) : une bonne façon de démontrer son expertise en donnant des conseils, en complétant des articles, en partageant les siens lorsque cela s’y prête voire en intégrant l’adresse de son blog dans la signature.
  • Créer des infographies : ce type d’image se partage facilement, notamment sur les réseaux sociaux professionnels.
  • Utiliser les annuaires locaux : ces sites sont utilisés par Google pour le référencement local et sont donc jugés pertinents par le moteur de recherche.

 

Cette liste n’est pas exhaustive puisqu’il existe énormément de moyens d’obtenir des liens vers son site. Si cela prend en général beaucoup de temps, il s’agit d’un facteur déterminant pour le référencement.

Pour obtenir des liens entrants de qualité, l’important est d’apporter une réelle valeur ajoutée. Mais il faut également être malin et découvrir de nouvelles techniques par soi-même. Cet aspect rejoint d’ailleurs le concept de growth hacking, encore méconnu en France, mais appelé à se développer dans les prochaines années.

 

Guide des bonnes pratiques pour améliorer la visibilité d'un site Internet

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Print this pageEmail this to someone