Les lignes directrices du RGPD (applicable au 25 mai 2018)

Les lignes directrices du RGPD (applicable au 25 mai 2018)

Le 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données (RGPD), nommé aussi General Data Protection Regulation (GDPR) entrera en vigueur. Ce texte de référence offre un cadre législatif européen pour accroître la protection des droits des personnes. Il vise aussi à responsabiliser les entreprises sur l’exploitation, la collecte et la conservation des données à caractère personnel.

À qui s’adresse-t-il ?

Le nouveau règlement s’applique à l’ensemble des pays de l’Union européenne. Toute entreprise qui vend des produits ou des services sur le marché européen est concernée. Il s’adresse aux organisations publiques ou privées qui traitent, manipulent, stockent des données à caractère personnel (que ce soit les données d’un résident européen ou d’une organisation au sein de l’Europe).

Renforcer, harmoniser, responsabiliser

3 objectifs majeurs se dégagent de ce règlement général sur la protection des données :

  • Renforcer la législation sur la protection des données. Ce nouveau règlement amène plus de transparence dans le traitement des données et consolide les droits des personnes physiques. Elle protège les individus contre la possible manipulation malveillante de leurs données.
  • Harmoniser la législation européenne. L’objectif du RGPD est de créer une norme dans le but d’uniformiser la loi au sein de l’Europe.
  • Responsabiliser les entreprises en les invitant à prendre des mesures pour assurer la sécurité des données personnelles.

La mise en place d’un principe fondamental : l’accountability

Le règlement européen en votant pour le RGPD force les entreprises à se responsabiliser. Les entreprises doivent implémenter des mécanismes et des procédures internes. Et démontrer qu’elles respectent les règles relatives aux traitements des données personnelles. Ce règlement ambitionne de créer une relation de confiance entre les parties prenantes à la relation. Cette relation contractuelle doit affaiblir le rôle des autorités publiques.

Quels sont les changements principaux?

Le RGPD applique des préceptes existants et renforce les droits des personnes physiques.

  1. Le droit à l’oubli : la demande d’effacement de données devient obligatoire. Le consentement est à présent un élément central sur le web.
  2. Le droit à la portabilité des données. Chaque personne pourra demander le transfert de ses données personnelles à un tiers, si c’est techniquement réalisable. L’ensemble de nos données pourra être récupéré sous forme aisément réutilisable. L’objectif est d’avoir moins de formalisme bureaucratique.
  3. Le consentement des enfants. Les informations délivrées aux moins de 16 ans sur le traitement des données seront expliquées en termes intelligibles. Le consentement d’un tuteur légal est obligatoire. Chaque État membre aura la possibilité d’abaisser le RGPD à 13 ans.
  4. L’obligation de documentation. Les organismes fourniront aux personnes les informations sur le traitement de leurs données personnelles. Ils devront donner les informations de manière concise, transparente, intelligible et facilement accessible. Par exemple, l’emploi de pictos signalera les informations d’intérêt élevé pour l’entreprise. Il sera également proscrit de remplir les champs par défaut pour avoir le consentement.
  5. La pseudonymisation. Les données à caractère personnel traitées comme pseudonymisation ne pourront pas être attribuées à une personne sans l’utilisation d’informations supplémentaires. Or ces informations complémentaires doivent être stockées séparément. Aucune connexion entre la pseudonymisation et la personne visée ne sera faite. Cette obligation éthique concerne les entreprises qui ont recours aux données en open data pour des recherches scientifiques, historiques, ou statistiques.

La nomination d’un Data Protection Officer est-elle obligatoire ?

Les entreprises de plus de 250 employés, dont le métier traite, exploite à grande échelle des données à caractère personnel ont l’obligation de nommer un délégué à la protection des données et des représentants. Interface entre l’entreprise et l’organisme de régulation, il devra veiller à la sécurisation par défaut de ces données. Il protégera les données émises par ses clients et par l’ensemble des employés.

Failles de sécurité, à quel moment les notifier ?

En cas de vol, de perte, d’altération ou de transformation des données à caractère personnel, votre entreprise a 72H pour le notifier auprès de la CNIL. Si le problème atteint un individu en particulier, vous aurez 3 jours pour lui faire savoir.
Vous devez penser à un processus qui sera en mesure de détecter des failles et d’y apporter des mesures correctives. Un registre actualisé sur la circulation des données et leurs différents traitements doit être constitué et enregistré. Les autorités compétentes doivent pouvoir les examiner.

Quelles sont les pénalités prévues ?

Le règlement général sur la protection des données renforce les sanctions. 2 types de sanctions graduées :

  • des amendes administratives allant de 10 à 20 000 000 euros
  • une amende de 2 à 4% du chiffre d’affaires annuel mondial total de l’exercice précédent. Le montant le plus élevé sera retenu pour les entreprises privées.

L’actualité appuie une nouvelle fois sur la nécessité de créer un cadre législatif. Dernièrement, Facebook et son contrôle abusif des données personnelles révèle les failles législatives entourant la protection des données. Avec cette loi, les GAFA, seront dans l’obligation de se conformer au RGPD. Elles ne pourront plus justifier l’exploitation des informations et des usages des internautes par leur présomption de consentement.

 

Sources :
RÈGLEMENT (UE) 2016/679 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL
CNIL – Règlement européen sur la protection des données : ce qui change pour les professionnels
LesÉchos  GDPR : entreprises, ce qui vous attend

 

 

 

Près de 6 mois, après ma naissance le mur de Berlin chute. En février 2004, Facebook voit le jour. En 1998, Google débarque et balaye Yahoo. En 2000, on passe à un nouveau millénaire. En 2016, je fais mes classes dans le web.
Coïncidence ? Je ne pense pas.

[Infographie ] Le challenge social selling

infographie le challenge social selling

 

Bâtir une culture du social selling nécessite du temps, des efforts et du leadership. Les réseaux s’agrandissent et la probabilité de repérer le bon fil qui nous mène à chaque nouveau prospect s’accroît.  Les équipes commerciales et marketing doivent travailler ensemble pour accélérer la croissance de votre pipeline, et donc de votre chiffre d’affaires grâce aux réseaux sociaux. Aujourd’hui nous vous présentons 6 challenges à réussir pour développer votre chiffre d’affaires, rassembler des informations commerciales de meilleure qualité et générer plus rapidement des prospects qualifiés.

1° Identifier la cible

  • 89% des acheteurs sont moins susceptibles d’interagir si le produit/service n’est pas utile pour leur entreprise
  • 50% des acheteurs sont moins susceptibles d’interagir s’ils ne sont pas habilités à prendre une décision dans le cadre de l’achat d’un nouveau produit/service
  • 39% des professionnels manquent de données précises sur les comptes cibles

Pour être pertinent dans vos démarches vous devez identifier clairement vos cibles. Mieux la cible sera définie meilleurs seront vos résultats. Pour ce faire vous devez créer et optimiser un compte sur une plateforme web sociale. La formation des équipes de vente permet la prise en main des outils du social selling et leur utilisation au quotidien.

2°Déployer une stratégie de lead nurturing

  • 72 % des acheteurs effectuent des recherches sur le produit et la marque sur les médias sociaux avant de faire un achat. Ils demandent l’avis de leurs relations et de vos clients
  • 3 à 5 Nombre le plus fréquent de contenus qu’un acheteur consulte avant de contacter un commercial
  • 92% des acheteurs BtoB commencent à rechercher une solution à leur problème sur le Web

Définir, déployer et suivre une stratégie social selling. Elle doit être en adéquation avec la stratégie globale de l’entreprise. L’objectif sera alors d’adapter les contenus et les formats selon la maturité dans le processus d’achat des audiences. Cette création se fera grâce aux interactions avec commerciaux et marketeurs.

 

3°Créer de la cohésion entre marqueteurs et commerciaux

  • 57% des décisions d’achat sont prises avant que le commercial n’entre en contact avec le prospect

Votre entreprise doit se concentrer sur la création d’une marque professionnelle. Les professionnels peuvent augmenter leurs opportunités de vente jusqu’à 45%. Allier content marketing et développement commercial pour créer une coopération créative entre le marketing et le commercial. Travailler ensemble donne un effet synergique à chaque étape de votre cycle de vente.

 

4° Interagir avec plusieurs décideurs

  • De multiples décideurs sont concernés dans le processus de décision, en moyenne 5,4 décideurs sont impliqués dans les opportunités B to B

Cette étape consiste à trouver différents points de contact et de personnaliser l’argumentaire de vente pour chaque personne. Les échanges évoluent tout au long du parcours d’achat. Vous devez apprendre comment fournir des conseils professionnels à l’endroit et au moment où les acheteurs en ont besoin.

 

5° Intégrer le social selling comme habitude

  • 57% des social sellers sont plus susceptibles d’adapter une culture à leur personnalité que ceux ayant un profil/compte faible
  • Les vendeurs qui utilisent régulièrement LinkedIn ont 51% plus de chances d’atteindre leurs quotas
  • Jusqu’à 75% des commerciaux déclarent n’avoir reçu aucune formation officielle sur les réseaux sociaux dans leur entreprise

Les professionnels qui comprennent comment obtenir un retour sur investissement positif grâce aux réseaux sociaux demeurent en minorité. Former les commerciaux et les marketeurs permet d’adopter les outils adéquats pour une prospection commerciale intelligente. Vous devez apprendre à écouter sur les réseaux sociaux et à interagir avec les prospects. Il faut mettre en place une équipe digitale interne pour veiller au bon déroulement de la stratégie social selling.  

 

6° Évaluer l’impact sur l’activité

  • Les commerciaux qui utilisent le social selling permettent à leur entreprise d’augmenter son chiffre d’affaires de 16% sur une année

Lors de la création de la stratégie vous avez défini des objectifs mesurables et optimisé les processus. Les metrics définis et la mise en place d’indicateurs clés de performance vous permettent d’évaluer l’impact sur votre activité.

 

Sources :
Rapport 2016 Content Preferences Survey Report de Demand Gen
Étude Forbes, « The Impact of Social Media on Sales Quota and Corporate Revenue ». 2014
2013 Enquête DemandGen sur «le comportement de l’acheteur B-to-B»
Livre blanc «Sale Managers Guide fr par Linkedin»
Livre blanc «Linkedin Les stratégies éprouvées des commerciaux les plus performants au monde» par Linkedin
Livre blanc «Le guide ultime : Démarrer le Social Selling» par Linkedin

Près de 6 mois, après ma naissance le mur de Berlin chute. En février 2004, Facebook voit le jour. En 1998, Google débarque et balaye Yahoo. En 2000, on passe à un nouveau millénaire. En 2016, je fais mes classes dans le web.
Coïncidence ? Je ne pense pas.

Le contenu webmarketing, un atout primordial pour votre visibilité

Le contenu webmarketing, un atout primordial pour votre visibilité

Le contenu est un instrument puissant, souvent négligé à tort. Il est primordial, lorsqu’on se lance dans la création d’un site internet et qu’on désire lui offrir de la visibilité. Son rôle pour le référencement sur Google est important. Il joue sur l’amélioration de votre positionnement sur internet. Un de nos articles dévoilait l’importance du marketing de contenu intégré dans une stratégie de production. Aujourd’hui, le contenu est un des maillons de la stratégie webmarketing de toute entreprise. Actualiser et prendre en compte la forme constituent des atouts précieux.

Le marketing de contenu : le marketing d’aujourd’hui

Deux aspects sont indispensables pour penser puis former une stratégie marketing de contenu : l’éducation des prospects et l’accès aux ressources utiles pour faciliter leurs recherches. Bien référencer un site sur les moteurs de recherche passe par un bon contenu rédactionnel. La qualité de contenu, la valeur des mots-clés entre ainsi en vigueur. Chaque sujet abordé se doit de répondre à un besoin spécifique. Le marketing d’aujourd’hui est le contenu roi. Le marketing a évolué, tout comme ses méthodes. Attirer le client ne fonctionne plus comme auparavant. Les comportements d’achat et de recherche d’informations ont changé pour un monde axé sur le web.

Le contenu est roiLe contenu est roi

Les mots permettent de communiquer et de se faire entendre. Les algorithmes, de plus en plus performants, analysent les termes employés sur votre site pour vous référencer. Google utilise votre contenu pour vous faire ressortir sur certaines requêtes d’internautes. Hors, un visiteur qui atterit sur votre site recherche une réponse. Vous devez répondre à son besoin. L’opportunité qui s’offre à vous vise à mettre en avant les informations que vos prospects, vos acheteurs souhaitent trouver. Ainsi, lors de la création ou de la refonte d’un site vous devez prendre en compte les contraintes imposées par Google et les besoins de votre lectorat. Le contenu éditorial d’un site optimisé permet de vous positionner sur des mots-clés stratégiques et contribue à la construction de votre réputation.

Actualisez votre contenu pour un meilleur référencement

Une fois le contenu rédigé notre travail est terminé ! Cette affirmation est une fantaisie. Lorsqu’un site est créé, pour assurer votre crédibilité et pour continuer à fidéliser vos internautes, actualisez régulièrement votre site. Les moteurs de recherche sont friands des contenus actualisés car les robots rendront plus souvent visite à votre site. Un contenu à jour influe sur votre référencement. De plus cela vous permet d’enrayer les contenus inutiles et de mettre en avant les informations actuelles de qualité. L’aspect qualitatif de vos pages est fondamental. Une page reconnue comme à jour est une page dont 5% minimum de contenu a été modifié. Faites ces mises à jour le plus régulièrement possible. Pour un blog, un site un article hebdomadaire influencera positivement votre référencement.

 

La forme, un atout précieux du contenu

Notre attention est rare c’est pourquoi il est primordial de soigner la forme, la façon dont le contenu est découvert. Dans un monde noyé dans le contenu, même un contenu de qualité peut être enseveli dans le bruit. Dès lors la façon dont nous aidons les gens à trouver le contenu adéquat à leurs recherche est un travail précieux. D’après Kevin Kelly, un expert de la culture numérique, 8 points rendent le contenu précieux :

  • Immédiateté : fournir un accès prioritaire ou une livraison immédiate
  • Personnalisation : offrir un contenu sur mesure pour vous
  • Interprétation : apporter un soutien, des conseils et un contexte pour comprendre une zone donnée
  • Authenticité : donner de vrais conseils venant de réelles personnes
  • Accessibilité : fournir un contenu accessible quand et où vous le voulez
  • Mode de réalisation : livrer un contenu sous la forme désirée
  • Faisabilité : filtrer le contenu non pertinent

L’article de ThinkGrowth montre que la diffusion et la distribution de contenu jouent un rôle considérable dans la valeur du contenu. Le nombre de sites web créé se décuple chaque jour. La concurrence, plus accrue, rend plus difficile l’obtention de résultats, se démarquer est plus compliqué que jamais. La surcharge d’information continue élève la difficulté pour obtenir l’attention des visiteurs. Pour un contenu partagé, engageant, instructif votre contenu se doit d’être exceptionnel.

Quel futur pour le contenu de marketing ?

futur contenu

Il n’est pas évident de lire dans les feuilles de thé, surtout que le marketing de contenu se transforme journellement. Mais l’impact du marketing de contenu moins marqué donne des indices sur le futur du marketing de contenu. En effet, le dessein qui se profile pour le contenu est d’aller au-delà de la rédaction. Les équipes qui seront impliquées dans la création de marketing de contenus regrouperont de multiples compétences. Un mot d’ordre sera de vigueur : créativité !  Les équipes auront alors accès à plus de ressources pour la création de contenus. Moins de temps sera consacré à l’écrit. Il y aura plus d’expérimentation sur les différents canaux promotionnels et sur le perfectionnement de contenu existant. Le nombre de contenus créé sera moindre, laissant suffisamment de place pour améliorer continuellement le contenu existant.

 

Près de 6 mois, après ma naissance le mur de Berlin chute. En février 2004, Facebook voit le jour. En 1998, Google débarque et balaye Yahoo. En 2000, on passe à un nouveau millénaire. En 2016, je fais mes classes dans le web.
Coïncidence ? Je ne pense pas.

Pourquoi effectuer une analyse SEO ?

Pourquoi effectuer une analyse SEO ?

L’analyse SEO permet de révéler les facteurs bloquant le positionnement de votre site. Cet examen s’opère sur de multiples critères, qui affectent et impactent le référencement. Il met en lumière les éléments qui ne sont pas maximisés pour le référencement naturel et identifie les leviers d’optimisation. En effet, l’analyse SEO souligne les éléments non optimisés pour améliorer votre référencement naturel et générer plus de trafic durablement.

Audit SEO, le must have du webmarketing

Un site internet est un levier de communication qui procède à la mise en visibilité de votre entreprise. Aujourd’hui c’est devenu un élément stratégique dans le développement de toute organisation. Or l’optimisation d’un site est un travail continu. Un site web n’est jamais terminé. C’est un examen de l’état actuel du site, une photographie à l’instant T. L’analyse SEO est nécessaire pour effectuer un travail de référencement de qualité.

À quel moment demander un examen SEO ?

Toute entreprise qui souhaite effectuer une analyse SEO le fait pour deux raisons : connaître ses points forts et améliorer ses faiblesses. Souvent l’audit intervient lorsque vous n’êtes pas satisfait des résultats de votre site, qu’il y a une perte de votre trafic, une chute dans vos positions sur les moteurs de recherche. Savoir pourquoi nous sommes mal positionnés n’est pas chose aisée à comprendre. L’analyse, elle, révèle donc les lacunes en termes de référencement. Elle est utile tant pour les refontes de sites que pour un suivi continu dans le perfectionnement du SEO auprès de Google. 94% des parts du marché français sont aujourd’hui détenues par Google.

Que révèle l’analyse d’un site ?

Comme nous l’avons dit plus haut, l’audit SEO identifie les éléments à problème. Une fois la main mise sur les problèmes, des actions correctives peuvent être instaurées pour réviser les fonctionnalités manquantes, les erreurs bloquantes. Nous pouvons dès lors mettre en place une stratégie de référencement efficace pour perfectionner votre présence sur les moteurs de recherche. Le bénéfice est clair : augmentation de votre trafic qualitatif.

Les axes d’analyse SEO

analyse concurrenceNotre analyse étudie de multiples dimensions. Elle met en avant les problèmes d’optimisation tant techniques que textuels. Ainsi 4 dimensions sont inspectées : les performances techniques, la sémantique, le social et la concurrence.

Analyse des performances techniques
Elle révèle le score de performance du site comme le poids de la page, le temps d’exécution. On étudie la rapidité de téléchargement des pages, la compatibilité mobile, l’ergonomie du site, le nom de domaine, la validité des redirections, l’indexation, l’arborescence du site.

Analyse sémantique
Elle repère si le titre, la méta-description, les balises HTML (comme la balise ALT, c’est le texte alternatif qui décrit les images pour les moteurs de recherche et les mal-voyants) sont optimisés. L’analyse sémantique détecte si au sein de votre site il y a du duplicate content (ou contenu dupliqué). Elle regarde également le ratio texte/code, discerne la qualité de mots-clés sur votre site puisque tous ces éléments peuvent être sujets aux sanctions Google.

Analyse sociale
social blabla personnageC’est l’examen du maillage des liens internes et externes. Nous regardons si des liens de qualités pointent-ils vers votre site. S’ils sont assez nombreux. Nous vérifions qu’ils ne soient pas trop abondants. Nous contrôlons que le ratio liens internes/liens sortants ne dépasse pas les 50%. Cette dimension sociale est importante. Un faible linking externe indique un manque de popularité. Ce critère est l’un des plus difficile à améliorer. Cela signifie une pénurie de mentions auprès d’autres sites, d’autres sources. Vous avez besoin de communiquer. Au contraire, un nombre trop important de liens interne diminue leurs autorités. Il est préférable d’éviter de dépasser les 100 liens par page. Les réseaux sociaux et leurs popularités sont des facteurs qui influent sur le positionnement de votre site. C’est pourquoi un audit SEO est souvent accompagné d’une analyse de l’écosystème web. Cette dernière appréhende votre e-réputation, votre présence sur le net via les réseaux sociaux que vous avez investis.

Analyse concurrentielle
Afin d’avoir une analyse SEO complète une étude de la concurrence est instaurée pour étudier leur positionnement sur le web.

 

En somme un site internet n’est jamais terminé, c’est un travail sans fin. L’audit est important puisqu’il permet de se remettre en question. Pour continuer à se développer, il faut avoir la capacité de se reconsidérer. L’audit révèle les problèmes techniques, sémantiques, sociaux à corriger, qui pourront contribuer à la réussite de votre mise en visibilité. Elle indique les actions à mener par la suite.

 

 

Près de 6 mois, après ma naissance le mur de Berlin chute. En février 2004, Facebook voit le jour. En 1998, Google débarque et balaye Yahoo. En 2000, on passe à un nouveau millénaire. En 2016, je fais mes classes dans le web.
Coïncidence ? Je ne pense pas.

Comment une visite virtuelle impacte-t-elle votre entreprise ?

Comment une visite virtuelle impacte-t-elle votre entreprise ?

La visite virtuelle, utile sur de nombreux secteurs, souligne votre entreprise. Que ce soit en vues intérieures ou extérieures cette technologie novatrice permet à tous d’explorer votre établissement. La visite virtuelle est un tremplin pour votre entreprise. Au menu du jour nous vous proposons de voir comment elle impacte votre image et votre business. Pour le compléter nous avons récolté le témoignage de Simon Cazes, responsable de centre Leader Box à Toulouse.

Pourquoi un internaute recherche sur internet ?

Le web est une ressource utilisée pour rechercher, comparer, organiser. Cet usage est devenu un réflexe d’information des internautes. La visite virtuelle combine deux objectifs. Elle vise à attirer les internautes au sein de votre structure en donnant le goût d’une réelle visite. Elle permet également de se différencier de la concurrence en modernisant votre image.

Quel impact pour votre business ?

Procéder à une visite virtuelle immerge le prospect dans l’ambiance de votre établissement. Il est primordial de travailler votre image de marque. En effet, 80% des internautes déclarent avoir recours à Internet pour se renseigner avant d’acheter un produit ou un service, d’après une étude IFOP sur l’impact de l’e-réputation dans le processus d’achat. La visite à la capacité de rassurer et peut séduire vos prospects. C’est un tremplin pour se mettre en avant.

Les réseaux sociaux, les moteurs de recherche intègrent de plus en plus la recherche locale dans leurs procédures. Les visites virtuelles ont un impact sur le référencement locale puisqu’elles sont valorisées.
Google, par exemple, expose les résultats des établissements locaux en premier. Cette démarche vise à faire découvrir des services de proximité pour attirer des internautes.Ces différents outils permettent la diffusion d’une visite virtuelle multicanal en l’intégrant sur l’ensemble des applications Google.
Les réseaux sociaux quant à eux offrent des fonctionnalités en matière de référencement local, ils aident les commerces de proximité. Cette aide peut s’opérer par la possibilité de créer un lieu. Si je cherche par exemple un centre de stockage proche de moi, les centres de stockage localisés près du lieu où j’effectue ma recherche s’afficheront dans un menu déroulant. Hors les clients sont plus enclins à suivre des pages de commerçants qu’ils croisent régulièrement.

Témoignage de Simon Cazes, responsable de Leader Box

Simon Cazes, responsable d’un centre Leader Box à Toulouse, a récemment fait appel à nous pour créer une visite virtuelle de ses centres de stockage. Il nous livre son avis sur la visite virtuelle et ses avantages.

Nous souhaitons, en permanence, donner une image jeune et dynamique de Leader Box. L’idée de faire une visite virtuelle nous a plus car c’est un procédé novateur. Son but est de promouvoir la marque, de faire découvrir aux éventuels futurs clients, nos centres de stockage. La visite virtuelle permet aux prospects de pouvoir visualiser à quoi correspondent un centre de stockage, un box. Parfois, c’est abstrait pour le consommateur quand on décrit ces éléments par téléphone, ou par photo : là, il peut se projeter plus facilement.
Aujourd’hui, chacun de nos centres disposent d’une visite virtuelle. Pour le moment elles sont disponibles uniquement sur Google. Nous pensons à l’intégrer également sur notre site web.
À ce jour, il est encore difficile de mesurer leur impact réel. Nous avons mis en ligne les visites virtuelles très récemment. Néanmoins, nous pensons que cela va permettre de donner une image de la marque, dynamique et innovante, sur notre marché.

 

Simon Cazes

Responsable, Leader Box Toulouse

Près de 6 mois, après ma naissance le mur de Berlin chute. En février 2004, Facebook voit le jour. En 1998, Google débarque et balaye Yahoo. En 2000, on passe à un nouveau millénaire. En 2016, je fais mes classes dans le web.
Coïncidence ? Je ne pense pas.